DETECTIMMOBILIER© réseau de chasseurs immobilier

Chasseur immobilier : marché immobilier baissier ?

Marché immobilier : la baisse des prix se confirme

Immobilier la baisse des prix se confirme mais pas partoutSur un an, les appartements anciens baissent de 2 %, les maisons perdent 4,80 %.
Les acheteurs renforcent leur pouvoir d'achat. Les vendeurs revoient leur prix à la baisse. Mais compte tenu des hausses de prix des dernières années, ils restent bénéficiaires.

Avec la baisse des prix, les candidats à l'achat retrouvent une marge de manœuvre. Les vendeurs ne sont pas forcément mal lotis.
Les maisons et les appartements au prix du marché trouvent preneur dans des délais raisonnables, même si ces derniers s'allongent d'une semaine depuis la rentrée.
Dans la plupart des cas, de belles plus-values sont au rendez-vous.

Un mètre carré moins cher

Selon l'indice PAP du 1er novembre, le prix des appartements anciens baisse de 1,67 % par rapport au 1er octobre.
Dans le même temps, les maisons perdent 1,17 %. Sur un an, les prix diminuent respectivement de 2 % et de 4,80 %.

Tendance indicative des prix immobilier au m2 en France

 

Une tendance durable ?

« Pour les deux derniers mois de l'année, l'ajustement devrait se poursuivre », prévoit notre indicateur. Les Notaires de France confirment la tendance.
Pour eux, 650.000 logements neuf et ancien confondus devraient changer de main cette année. « Une baisse des prix semble amorcée mais de manière différente selon les régions ; celle-ci devrait se faire, toutes choses égales par ailleurs, de manière progressive.
Ce qui devrait nous amener à un prix du logement plus raisonnable rapporté aux revenus disponibles des ménages » explique Pierre Bazaille, président de l'Institut Notarial de l'Immobilier.

Le retour programmé de la pénurie

Peut on pour autant parler de crise immobilière ?

Les chiffres sont sans appel :
La France doit bâtir au moins 400.000 maisons et appartements par an pour satisfaire ses besoins.
380000 mises en chantier devraient être enregistrées cette année.
Et sans doute 350.000 l'an prochain.
Si l'on a beaucoup construit dans certaines villes moyennes, les grandes agglomérations vont vivre, à l'horizon 2010 ou 2011 une période de pénurie.

source : pap newsletter de l'immobilier