DETECTIMMOBILIER© réseau de chasseurs immobilier

Chasseur immobilier :  Investir en Loi Malraux

Chasseur Immobilier Loi MalrauxLa Loi Malraux est au logement rénové ce que la Loi Scellier est au logement neuf.
La loi de finance 2009 n’a pas été tendre pour la Loi Malraux. Ce dispositif, qui permettait aux gros contribuables de défiscaliser pratiquement à l’infini, a été considérablement raboté puisque le gain fiscal est désormais limité à 40 000 euros maximum par an.
Mais ce dispositif, même écorné, reste pourtant intéressant pour les patrimoines moyens…
La loi Malraux pour que vos placements ne partent plus en fumée. On pourrait dire maintenant partir en Vape.





Loi Malraux : Une mesure exceptionnelle pour investir dans un logement ancien à rénover à usage locatif

Loi Malraux : Principe général et évolution

Dans certaines zones historiques sauvegardées, les propriétaires qui entreprennent des travaux de rénovation peuvent déduire de leurs revenus locatifs les dépenses qu’ils entrainent. Puis de leur revenu global, à l'exclusion des intérêts d'emprunt. 3 500 contribuables profitent chaque année de ce dispositif qui contribue à restaurer plus de 6 160 appartements par an. Ce qui les motivait jusqu’alors, c’était la possibilité d'imputer sur son revenu imposable la totalité du coût des travaux de rénovation. Un cadeau important puisque ces travaux représentent souvent une à deux fois le prix d'achat. Autrement dit, le fisc va prendre en charge entre 20 et 25% du cout final de l’opération.
Jusqu’à l’an dernier, cette déduction se faisait sans limite de montant. Certains contribuables ne s’en privaient pas : 10% des opérations de Malraux ont permis à leur initiateur de déduire ne moyenne 77 000 euros par an ! Depuis janvier 2009, l’avantage fiscal est limité à 25 000 euros plus 10% des revenus.

Quels peuvent être les bénéficiaires ?

La plupart des utilisateurs de Malraux n’avaient pas abusé de la mesure. Seule une petite tranche des investisseurs a tiré un peu trop sur la corde. Ce sont ces contribuables, en majorité à hauts revenus, qui sont visés par les nouvelles mesures.
Prenons l’exemple d’un célibataire salarié dont le revenu net atteint 180 000 euros. En 2008, en investissant 360 000 euros en Malraux (100 000 euros d’achat et 260 000 euros de travaux), il pouvait faire tomber son impôt de 60 000 à… 9500 euros. A partir de cette année, son opération Malraux se traduit par une réduction d’impôt. Son impôt ne passera plus que de 60 000 euros à 29 500 euros.
C’est encore pire pour les très hauts revenus. Prenons l’exemple d’un libéral, médecin ou avocat, qui gagne cette fois 650 000 euros (par exemple sous forme de Bénéfices non commerciaux). L’an dernier, en investissant 600 000 euros en Malraux (200 000 par exemple au titre du foncier et 400 000 au titre des travaux étalés sur deux ans), il pouvait déduire 200 000 euros annuels de travaux. Ses BNC tombaient à 450 000 euros et son impôt passait de 247 500 à 167 500 euros.Depuis janvier dernier, il est le grand perdant de la modification de la législation. Il n’a plus droit qu’à une réduction d'impôt de 30 000 euros (investissement en zone de protection du patrimoine architectural) qui correspondent à 30% des 100 000 euros de travaux (la moitié de ses dépenses rééelles) que le fisc prend en compte. Son impôt ne passera plus que de 247 500 euros à 217 500 euros. Nettement moins intéressant.
Source :Le nouvel Obs

N'hésitez pas à nous contacter pour en En savoir plus sur la loi Malraux

De très bonnes opportunités existent sur Toulouse, Nice, Paris, Marseille, Toulon, Bordeaux, Lyon, Montpellier.