DETECTIMMOBILIER© réseau de chasseurs immobilier

Chasseur immobilier Golfe du Lion Hérault votre résidence secondaire ou principale sur le littoral de l'Hérault 34

Chasseur de biens Golfe du Lion Thierry Lenoble

DETECTIMMOBILIER® Hérault votre chasseur immobilier sur le littoral méditerranéen entre Montpellier et Béziers

Thierry Lenoble ainsi que l'ensemble de son équipe de chasseur immobilier prendront en charge votre recherche immobilière sur le littoral méditerranéen entre Montpellier et Béziers et sur le département de l'Hérault.

FORMULAIRE CONTACT

Slogan achat sur mesure littoral Hérault Golfe du LionLe littoral de l'Hérault arbore une belle diversité

L’Ile singulière, d’après l’expression de Paul Valéry, s’épanouit entre la Méditerranée et l’Etang de Thau.
Il fait bon déambuler le long des canaux et des quais de Sète. La commune, longtemps fréquentée par des artistes tels que Georges Brassens, Manitas de Plata, Jean Vilar ou les frères di Rosa, s’inscrit comme le premier port de pêche français.
Situé à 17 km de Montpellier, Vic-la-Gardiole appartient à la communauté d’agglomération du bassin de Thau.
Jouissant de la proximité de la mer et du massif de La Gardiole, elle passe, selon les saisons, de 3000 à 10.000 résidents.
Récemment, une rue piétonne voit le jour et l’accessibilité gagne en confort.
DETECTIMMOBILIER® chasseur immobilier littoral Hérault Golfe du Lion
La station balnéaire et le port de plaisance de La Grande-Motte naissent dans les années 1960 et 1970.
L’architecte Jean Balladur conçoit les fameux immeubles en forme de pyramides.
Deux étangs marquent les limites de la bourgade abritant 3 ha de plages, 7 km de voies vertes et 85 ha d’espaces golfiques, situés en bordure des localités de Mauguio, d’Aigues-Mortes et du Grau-du-Roi.
Le centre nautique et le casino contribuent au divertissement des 2 M de touristes reçus chaque année au sein de la localité, illustrant au quotidien sa devise "Un nouvel art de ville".

Entre Agde et Sète, une rivalité s’installe dès l’arrivée des bateaux à vapeur. Le port de Sète gagne alors la partie.
Agde, nichée au fond du golfe du Lion, prend un nouvel essor grâce à la construction dans les années 1970 de la station balnéaire du Cap d’Agde, devenant l’un des plus importants ports de plaisance de Méditerranée et la première station touristique de France, eu égard à la capacité d’hébergement.
Sa renommée, elle la doit aussi à son quartier naturiste. Trois pôles urbains se distinguent : la ville, articulée autour du centre historique sur la rive gauche de l’Hérault, le Grau-d ’Agde et le Cap-d ’Agde.
La spécificité tient à la part des résidences secondaires, frisant les 75 %. Au plus fort de la saison, la population est susceptible d’atteindre le pic de 200.000.
Un chiffre, qui pose le problème de l’emploi, largement saisonnier. Le parc immobilier est, en outre, relativement récent et morcelé. Au changement de siècle, il subit l’une des plus fortes progressions de prix du département.
Les deux derniers secteurs cristallisent l’engouement des acquéreurs de la villégiature, majoritairement français, disposés à investir de 60.000 à 130.000 € dans un studio ou un deux-pièces de vacances.
Dès qu’il possède une vue sur la Méditerranée, le T2 avoisine 180.000 €. S’il demeure dynamique, le créneau pâtit de la crise.
Très souvent, le choix entre le Grau et le Cap est arrêté en amont. Les uns plébiscitent le village de pêcheurs authentique. Les autres apprécient la festive station balnéaire et ses plages de sable.
Le Grau d'Agde, en bordure de fleuve, accueille une zone de villas des plus cotées, de 150-200 m2, sur des parcelles de 1000 m2, commercialisées entre 500.000 et 800.000 € hors exception.
Une enclave que se partagent commerçants et retraités hexagonaux. Les séniors français en quête de soleil lorgnent, également, sur les pavillons de type 4, entre 200.000 et 300.000 €.
Parmi les acheteurs : très peu d’actifs. Un constat à mettre en perspective avec la typologie des emplois sur Agde, très souvent saisonniers.
Méditerranée et étang de Thau baignent les côtes de Sète. Avec 3,4 M de tonnes en 2010, le trafic du port est en hausse, s’inscrivant également comme le premier port de pêche français de la Méditerranée. Touristique en été, la commune n’a de cesse de développer la qualité de l’accueil.
Sète, la patrie de Brassens, édifiée entre étang et Méditerranée réunit tous les suffrages.
La détentrice du Pavillon Bleu accueille le badaud d’avril à fin octobre.
La population, évaluée en temps normal à 43.000 personnes, double en aout. Sur les hauteurs, le mètre ancien se négocie de 2000 à 3000 €, tandis que le neuf s’échelonne de 3000 à 4000 €.
Les clients du secondaire, à 90 % hexagonaux, déboursent généralement de 150.000 à 250.000 €, recherchent un appartement dans 80 % des cas, rêvent de vue mer et de terrasse.
Si le Mont Saint-Clair était encore la campagne des autochtones en 1950, la moitié des actuels propriétaires du quartier haut de gamme est, aujourd’hui, étrangère à la région.
Quelques Belges, Suisses ou Allemands, prêts à dépenser de 500.000 à 1,5 M €, s’offrent là 300 m2 habitables sur des parcelles d’environ 2000 m2.
Malgré la crise, les prix et le volume des achats de villégiature observent une relative stabilité.
La faible distance qui sépare l’adresse de l’autoroute et de l’aéroport de Montpellier Hérault, les 20 km de plages sis entre Sète et Marseillan, la qualité du poisson et des crustacés, parmi lesquels les incontournables huitres de Bouzigues, constituent autant d’atouts à son actif.
A Sérignan, le tourisme s’organise après les années 1960, au détriment des champs de vignes. Là aussi, un complexe naturiste s’installe. Le port affiche 320 anneaux maritimes et 60 appontements sur la rivière. On évoque le projet d’une station balnéaire nouvelle génération. Pour l’heure, le principal atout réside dans l’association d’un bassin de vie et d’un littoral préservé peu urbanisé.
A seulement 3 km de Vic, se trouvent la mer et une large étendue de sable fin que l’on peut atteindre à vélo.
Le poumon vert de Montpellier partage le même biotope que la Camargue, séduisant quantité d’amoureux de plaine sur le couloir Rhône-alpin, en Alsace et région parisienne, vers Toulouse, Nantes ou Angers.
Jusqu’au dernier trimestre 2009, les résidents occasionnels se répartissent sur les gammes 100-150.000 € et 200-280.000 €.
Depuis, la tendance baissière se précise avec une moyenne d’investissement comprise entre 60.000 et 100.000 €, une somme permettant d’obtenir 25-30 m2, avec jardinet si l’on parvient à rassembler 120.000 €.
Certains recherchent des maisons orientées sur l’immensité azur et/ou l’étang de Thau. Ces Français, susceptibles de débourser de 400.000 à 600.000 €, exigent une architecture contemporaine, de belles prestations et un rapport qualité/prix réaliste.
Qu’il s’agisse des petits appartements ou des jolies villas, la pénurie fait rage.
Les vendeurs, pas forcément prêts à diminuer davantage leur bien, n’hésitent pas à les retirer des fichiers pour les mettre en location.
Peu à peu, la vocation principale supplante le segment secondaire.
D’autant que le marché montpelliérain arrive à saturation, que la première station de tramway se dresse à 7 km seulement de Vic la Gardiole et que la gare envisage d’améliorer les rotations avec la Préfecture de Montpellier.
Ce penchant à la sédentarisation, est notable également à La Grande-Motte. La particularité de la destination tient à la diversité du parc immobilier, en passe de rénovation.
L’intéressé a, en effet, le choix entre les studios sans panorama particulier souvent exploités en location saisonnière compris de 2500 à 3000 €/m2, les T2, de 120.000 à 150.000 €, les T3, à partir de 200.000 €, et les T4, entre 400.000 et 500.000 €.
La moindre vue mer débute à 4000 €/m2. Les grandes surfaces manquent cruellement, comme les stationnements.
Un emplacement de parking coute, par exemple, 10-20.000 €, un garage, aux alentours de 30.000 €.
Les secteurs demandés, le centre, le port et le Point Zéro, sont aussi les plus vivants.
Les amateurs de villas prennent la direction de Haute-Plage et du golf, où ils paient 450.000 € pour un pavillon de 80 m2 sur un terrain de 200 m2 ou plus de 1 M € pour 150 m2 sur 450 m2 avec piscine.
Le site, huppé lors de sa création, grandement démocratisé entre temps, présente un important potentiel.

Si votre recherche sur l'Hérault porte sur d'autres secteurs que Sète, vous pouvez faire appel à nos  chasseur immobilier Agde, chasseur immobilier Béziers, chasseur immobilier Pézenas, chasseur immobilier Cévennes, chasseur immobilier Sète, chasseur immobilier Lodève, chasseur immobilier Montpellier ou consulter l'un de nos chasseurs immobilier Languedoc Roussillon